Maggy à Rome pour vendre son génocide imaginaire

amaggyA 60 ans, Maggy Barankitse a découvert en elle un talent qu’elle n’aurait jamais mis en valeur, n’eussent été les malheurs que les hima ont déchainé sur le Burundi: celui de bonne entrepreneuse (dans tous les sens). Elle vend un génocide inexistant, et pourtant les millions affluent. Dernièrement, elle a reçu le prix AREVA en Arménie, pour un génocide subi non par les tutsi, mais par les Hutu; quand les arguments tarissent, parce que ce génocide des tutsi est virtuel et habite seulement dans sa tête, alors elle le projette dans le futur… « si les tutsi ne l’ont pas subi,  ils vont le subir ». C’est ainsi qu’aujourd’hui 19/05/2016, sa cour a organisé une conférence à Rome, avec le titre : « Burundi, vers un nouveau génocide! ». Et entre temps elle récolte de l’argent, beaucoup d’argent.  En cette année, ce sera la 5ème fois qu’elle  descend sur Rome. Nos informations nous apprennent qu’elle fait autant pour beaucoup de pays européens, en particulier la Belgique. Elle est devenue le magnat du génocide, pour le grand bonheur de la bande à Sinduhije (à laquelle s’est joint Buyoya dans cette affaire très lucrative).

Cela rappelle étrangement la stratégie de Narunyoga avec sa fille. Elle disait : « Si ma fille grandit, j’aurais des vaches en dot; si elle meurt, de même ». L’enfant mourut, et elle porta le cadavre dans un étang où s’abreuvaient les vaches et elle se cacha dans un buisson. Quand à midi les vaches vinrent pour boire, elle cria: « au secours, les vaches ont tué ma fille ». Les éleveurs durent la dédommager avec des têtes de bétail.

Pour Maggy donc, l’important n’est pas que le génocide soit effectif, mais qu’il rapporte. C’est d’ailleurs pour cette raison que les stratèges du noyau des extrémistes tutsi ont monté ce mensonge, en copiant Kagame. Bien avant 2015, ils  disaient dans leurs cercles qu’ils avaient besoin d’un petit génocide qui leur permettrait de dominer à jamais les hutu en leur collant le label de génocidaire (comme au Rwanda), et pour ensuite faire de ce génocide  un fonds de commerce qui les nourrirait sans se fatiguer pour des générations, comme fait Kagame.

Maggy, Sinduhije, Buyoya et les autres, n’ayant pas réussi à consommer effectivement ce génocide, ils en récoltent toutefois les fruits. Avec cet argent, ils provoqueront un bain de sang pour prouver a posteriori qu’ils disaient la vérité. La grande quantité d’armes saisies à Bujumbura pendant ces dix derniers mois ne vient pas  des cotisations des membres, qui souffrent de misère comme tout le monde, mais de l’argent des dons que Maggy, toute honte bue,  dit destiner aux réfugiés. Et elle continue à mentir, en s’émouvant jusqu’aux larmes… et les blancs naïfs tombent dans le piège.

C’est le cas dire : « la corruption des meilleurs est toujours la pire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *