FAUSTA BAGAZA: LES PAROLES JUSTES

Lors de la messe de funéraille du président Bagaza, ce 17/05/2016, dans la Cathédrale Regina Mundi de Bujumbura, la veuve Fausta a prononcé un petit discours très touchant. Elle a remercié l’Evêque pour lui avoir accordé la parole, puis le Président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, pour son soutien dans ces moments difficiles. Elle a demandé à l’assistance de l’acclamer – ce que la foule a fait- , et l’a exhorté à continuer de s’occuper sans relâche de tout le monde, sans distinction. Enfin, elle a prié quiconque a souffert des comportements de son mari de lui pardonner, car il était aussi un être humain, capable de commettre des erreurs. Elle a dit qu’elle se mettait à genou, pour le compte de son mari, d’elle-même et des enfants, pour demander ce pardon.

Ce sont des paroles de ce genre qui permettent au pays de se remettre sur la bonne route, même si elles ne changent pas le passé; au moins elle préparent un futur meilleur. Elles vont dans le sens d’une autre confession antérieure, celle du ministre de Bagaza, Hakizimana Isidore, qui avait  reconnu publiquement ses erreurs, et qui avait suscité une grande admiration. En effet, errare humanum est, perseverare autem diabolicum (se tromper est humain, mais persévérer est diabolique).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *