KAGAME BAT EN RETRAITE : IL A PEUR DES TRIBUNAUX.

indip2 005Ces dix derniers mois auront sûrement mis à dure épreuve le dictateur du Rwanda, Paul Kagame, habitué à faire trembler les forêts et les savanes de l’Afrique Centrale. Ses astuces ont été décodées et contrecarrées au Burundi, à tel point qu’il semble désarmé. Cela n’étonne donc personne que Kagame  ait fui devant le Tribunal Africain des Droits Humains et des Peuples, basé à Arusha.  C’est l’opposante politique Victoire Ingabire qui avait porté plainte devant cette Cour, contre la violation de ses droits en prison. Tant que Kagame était à la chasse de ceux qu’il appelait des génocidaires, pour les déférer devant le TPIR – ironie du sort, basé lui aussi à Arusha!-, il n’y a pas un angle de la terre qu’il n’a pas remué pour les trouver et les faire juger.  Ils étaient tous exclusivement HUTUS.  De même, les assises populaires dénommées gacaca, qui servaient à justifier l’assassinat des hutus de l’intérieur, leur emprisonnement ou la spoliation de leurs biens, ont été bien huilées et fait tourner à grand régime par Kagame. Sans remords.  Maintenant qu’une femme politique Hutu, injustement emprisonnée et maltraitée saisit le tribunal pour défendre ses droits, Kagame n’a fait autre que s’échapper; il a retiré son pays de la juridiction de ce tribunal ! C’est son habitude. La dernière fois que Kagame avait fui  est quand il avait traduit devant un tribunal français Pierre Péan, l’auteur du livre « Noires Fureurs Blancs Menteurs » qui contredisait la version officielle sur génocide rwandais.  L’accusé se présenta, mais Kagame non. Il avait peur qu’on dévoile toute sa supercherie.  Voilà le talon d’Achille de notre Lion des Grands Lacs, qui a dévoré des millions de personnes, mais qui a peur d’un procès !

 

LIBERAT MPFUMUKEKO SECRETAIRE GENERAL DE L’EAC: APRES LA PLUIE LE BEAU TEMPS

AeacLibératCela  fait presque 11 mois que le Burundi  est sous attaque continue, du dedans comme du dehors, et que même les victoires tant militaires que diplomatiques  ont revêtu le manteau du temps pluvieux. Le Burundi a démontré qu’il croyait en soi, et le monde a commencé à le respecter. Le choix de Libérat Mpfumukeko (un nom parfaitement adapté à la situation du Burundi, vilipendé pour mal non commis) comme Secrétaire Général de l’EAC, marque le début de l’ascension du pays au plan international. Les ennemis du Burundi avaient mis en doute cette possibilité de notre pays d’assumer ses  fonctions politiques au sein de l’organisation sous régionale, mais voilà, est chose faite; les mauvais n’ont qu’à mordre leur langue.

 

COMPLIMENTS A DARLENE ALAINE BUNYONI, JEUNE FILLE PHILOSOPHE ET INDIGNEE

DarleneCette pensée qui est aussi une indignation d’une jeune fille devant la sortie insensée de Rufyikiri Gervais, dont les fonctions et l’âge classeraient parmi les sages du pays, nous a profondément bouleversés pour sa profondeur. Certaines phrases  pourraient faire l’objet d’une thèse de doctorat en philosophie. Lisez plutôt Darlène.

« Dans cette vie j’ai compris que les hommes ne faisaient pas d’erreurs, en tout cas pas deux fois, parce que quand on refait la même erreur deux fois celà n’est plus une erreur mais un choix.

Quand on choisit de vivre comme un homme digne et respectueux on vit comme tel et quand on choisit de vivre comme un moins que rien sans respect ni dignité on vit aussi comme tel.

J’ai été indignée par les propos de monsieur ( avec ‘m’ minuscule) Rufyikiri dans son interview, il affirme fièrement ou (stupidement) que S.E Pierre NKURUNZIZA est un homme rancunier et qu’il veut se venger des tutsis.

Jamais je n’aurais imaginé que ces mots sortiraient de la bouche d’un homme (éduqué) et qui est passé sur le banc de l’école parce que pour moi se venger signifie oeil pour oeil dent pour dent.

Et tant que je sache S.E n’a jamais permis

-le système U et I cette fois ci en faveur des Hutus

– il n’a jamais massacré les élèves tutsi à l’université

-il n’a jamais permis que son armée soit composée des Hutus seulement.

Si S.E avait réellement voulu se venger des tutsis il aurait pu abattre sauvagement les habitants des quartiers comme Ngangara pour venger ceux qui ont été brutalement exécutés à Kamenge sous le regime de l’ex président (illégitime) monsieur (avec ‘m’ minuscule) Buyoya qui est d’ailleurs un tutsi.

Mais il ne l’a pas fait, au contraire il a assuré la sécurité, la paix la tranquillité pour tout le monde et vous dites qu’il est rancunier ça alors!.

Moi je ne vois pas de quelle vengeance monsieur Rufyikiri parle.

Dites à monsieur Rufyikiri qu’il devrait avoir honte d’avancer des propos aussi haineux et « stupides » dites-lui qu’il devrait arrêter de se ridiculiser devant le monde entier, dites-lui qu’il devrait arrêter d’être la marionnette de ces mêmes personnes qui ont été la source des malheurs qui ont frappé le Burundi dans le passé et qui veulent toujours que le Burundi reste un champ de bataille.

Mais à la fin « Ndavuga simvura ».

Si tu te sens visé il faut revoir ça avec ta conscience. »

Darlène Ailene Bunyoni