ENCOURAGER LES INVENTEURS BURUNDAIS

ahautalon2Si certains pays se payent le luxe de hausser le ton sur d’autres, c’est parce qu’ils ont acquis la puissance scientifique (et donc militaire) et économique. Cette puissance s’acquiert par les inventions et les découvertes, et leur successive exploitation. Quand on parle de recherche au Burundi, on entend  l’écriture de mémoires et de thèses  attachés au verbiage  français. Mais ceux qui auraient pu devenir des ingénieurs inventeurs sont souvent restés sur les collines, parce qu’ils n’ont pas pu passer le barrage de la langue de Molière pour continuer les études [une injustice, car c’est prouvé scientifiquement que  rarement on se développe usant la langue d’autrui]. C’est pour cela que de temps en temps il en surgit quelques uns de ces ingénieurs ratés de nos bananeraies, qui se mettent à construire des barrages idroélectriques, des fers à souder qui fonctionnent, sans avoir jamais été à l’école.

Le Ministre de Recherche scientifique devrait être attentif à ces manifestations de talents, les encourager et surtout voir comment les transformer en entreprise qui produit de l’argent. Certains pays distraits se sont laissé filer sous le nez des inventions qui auraient pu changer leur histoire. En 1895, l’italien Marconi établit la première laison radio du monde en utilisant les ondes électromagnétiques. Le roi d’Italie n’en a pas compris l’importance, et Marconi est allé vendre son invention aux Anglais. Ceux-ci  devinrent les patrons de la mer, parce qu’ils pouvaient communiquer entre bateaux à longue distance. C’est grâce à cette invention que nous avons aujourd’hui des téléphones cellulaires et des smartphones, des radios et des  TV. En 1938,  l’italien  Enrico Fermi inventa la pile atomique; mais ce sont les américains qui comprirent la grandeur de l’invention et en profitèrent pour réaliser leur bombe atomique, devenant ainsi la superpuissance. Par contre, l’allemand Diesel qui inventa le moteur à mazout fut assassiné par les services secrets de son pays, parce qu’ils soupçonnaient qu’il était sur le point de vendre son invention aux Anglais.

Retournant chez nous,  la voiture « Haut Talon » est une richesse que le Ministre de tutelle devrait plutôt brevetter, après les améliorations nécessaires pour la faire correspondre aux normes internationales. Dans le futur le Burundi pourrait les exporter. En Uganda, les bus sont des camions transformés.

charriottteD’ailleurs, même en Europe il circule des milliers de véhicules étranges, comme les charriots tirés par des chevaux au milieu des chaussées avec de voitures tout autour; les caravanes, qui sont des camionettes sur lesquelles on monte une caisse habitable, etc. Les inventeurs sont libres des lois; ce sont plutôt les lois qui suivent les inventions une fois qu’elles sont réalisées, pour les réguler. C’est le cas d’internet: elle vit pratiquement sans législation. Quand on invente un engin nouveau, le prototype, la loi permet de l’essayer dans des endroits non dangereux pour autrui. Une fois qu’il est sûr, et testé par les organes étatiques habilités, il est mis sur le marché.

Donnons carte blanche à nos inventeurs, parce que le Burundi a aussi ses génies, et grâce à eux il se lancera dans le futur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *