ENCOURAGER LES INVENTEURS BURUNDAIS

ahautalon2Si certains pays se payent le luxe de hausser le ton sur d’autres, c’est parce qu’ils ont acquis la puissance scientifique (et donc militaire) et économique. Cette puissance s’acquiert par les inventions et les découvertes, et leur successive exploitation. Quand on parle de recherche au Burundi, on entend  l’écriture de mémoires et de thèses  attachés au verbiage  français. Mais ceux qui auraient pu devenir des ingénieurs inventeurs sont souvent restés sur les collines, parce qu’ils n’ont pas pu passer le barrage de la langue de Molière pour continuer les études [une injustice, car c’est prouvé scientifiquement que  rarement on se développe usant la langue d’autrui]. C’est pour cela que de temps en temps il en surgit quelques uns de ces ingénieurs ratés de nos bananeraies, qui se mettent à construire des barrages idroélectriques, des fers à souder qui fonctionnent, sans avoir jamais été à l’école.

Le Ministre de Recherche scientifique devrait être attentif à ces manifestations de talents, les encourager et surtout voir comment les transformer en entreprise qui produit de l’argent. Certains pays distraits se sont laissé filer sous le nez des inventions qui auraient pu changer leur histoire. En 1895, l’italien Marconi établit la première laison radio du monde en utilisant les ondes électromagnétiques. Le roi d’Italie n’en a pas compris l’importance, et Marconi est allé vendre son invention aux Anglais. Ceux-ci  devinrent les patrons de la mer, parce qu’ils pouvaient communiquer entre bateaux à longue distance. C’est grâce à cette invention que nous avons aujourd’hui des téléphones cellulaires et des smartphones, des radios et des  TV. En 1938,  l’italien  Enrico Fermi inventa la pile atomique; mais ce sont les américains qui comprirent la grandeur de l’invention et en profitèrent pour réaliser leur bombe atomique, devenant ainsi la superpuissance. Par contre, l’allemand Diesel qui inventa le moteur à mazout fut assassiné par les services secrets de son pays, parce qu’ils soupçonnaient qu’il était sur le point de vendre son invention aux Anglais.

Retournant chez nous,  la voiture « Haut Talon » est une richesse que le Ministre de tutelle devrait plutôt brevetter, après les améliorations nécessaires pour la faire correspondre aux normes internationales. Dans le futur le Burundi pourrait les exporter. En Uganda, les bus sont des camions transformés.

charriottteD’ailleurs, même en Europe il circule des milliers de véhicules étranges, comme les charriots tirés par des chevaux au milieu des chaussées avec de voitures tout autour; les caravanes, qui sont des camionettes sur lesquelles on monte une caisse habitable, etc. Les inventeurs sont libres des lois; ce sont plutôt les lois qui suivent les inventions une fois qu’elles sont réalisées, pour les réguler. C’est le cas d’internet: elle vit pratiquement sans législation. Quand on invente un engin nouveau, le prototype, la loi permet de l’essayer dans des endroits non dangereux pour autrui. Une fois qu’il est sûr, et testé par les organes étatiques habilités, il est mis sur le marché.

Donnons carte blanche à nos inventeurs, parce que le Burundi a aussi ses génies, et grâce à eux il se lancera dans le futur.

 

SADA NAHIMANA, 14 ANS, CHAMPIONNE D’AFRIQUE

sada Cette enfant prodige du Tennis burundais est très affamée de victoires. Elle pourrait devenir une future Serena Williams. Ce 18 mars, elle vient d’être sacrée championne d’Afrique dans sa catégorie en battant la marocaine Diae El Jardi 7-5, 6-2.  Le 2 février 2016, elle avait pris sa revanche en éliminant l’italienne Martina Zerulo (17 ans), qui l’avait à son tour contrainte à la sada-nahimana-championne-dafrique-des-14-ans-et-moins-ce-22-mars-a-nairobideuxième place au tournoi international d’Alger chez les 18 ans et moins,  le 15 octobre 2015.

Sada Nahimana est la sœur d’Hassan Ndayishimiye jusque-là premier burundais à avoir disputé  les grands tournois comme Roland Garros,Wimbledon et US Open.

burundi_470
Hassan Ndayishimiye

Le Burundi doit suivre, encourager et publiciser les talents sportifs, parce qu’ils font briller l’image du pays,  créent une fierté nationale partagée par tous, et enfin, ils sont une source de capitaux.

TENNIS: LA BURUNDESE SADA NAHIMANA (14 anni) BATTE L’ITALIANA MARTINA ZERULO (17anni)

Fonte: FoggiaToday

La tennista 17enne di Manfredonia si arrende sul campo in terra battuta di Hammamet

Nota – Questo comunicato è stato pubblicato integralmente come contributo esterno. Questo contenuto non è pertanto un articolo prodotto dalla redazione di FoggiaToday

Si è fermata al primo turno la corsa di Martina Zerulo all’ITF Juniors Tournament di Hammamet. Tornata a giocare una partita ufficiale nel circuito under 18 tre mesi e mezzo dopo la vittoria del torneo di Staoueli, in Algeria, la diciassettenne manfredoniana ha trovato sul suo cammino quella stessa Sada Nahimana battuta in due set nella finale dello scorso ottobre. Questa volta, però, ad avere la meglio è stata la giovane promessa del Burundi, che si è imposta con il punteggio di 6-3/6-4.

Il torneo di categoria G2 (« grade 2 ») si è tenuto dal 25 al 30 gennaio sui campi in terra battuta del Tennis Club Hammamet e ha visto la partecipazione di 32 giocatrici di 17 differenti nazionalità. Ad aggiudicarsi la competizione è stata la sorprendente rumena Ilona Ghioroaie, numero 579 della classifica junior ITF, che durante il torneo ha eliminato la russa Amina Anshba e la svedese Ida Jarlskog, rispettivamente numero 4 e numero 6 del tabellone, e in finale ha sconfitto proprio la quattordicenne Sada Nahimana in due soli set: 6-2/6-2.

Il nuovo ranking junior ITF, pubblicato ieri, vede Martina Zerulo occupare la 626ª piazza (la tennista tesserata per l’Angiulli Bari è 15ª tra le italiane). La non brillante prestazione in terra tunisina le ha fatto sì perdere qualche posizione, ma quel che più conta in questo momento chiave della crescita sportiva della sipontina è il fatto che abbia deciso di alzare l’asticella rimettendosi in gioco in un torneo « grade 2 » dopo i trionfi nelle competizioni « grade 5 » di Palermo e Staoueli. Come può facilmente intuire anche chi non si intende di tennis, un torneo « grade 2 » è caratterizzato dalla presenza di giocatrici con un tasso tecnico più alto rispetto a quelle che prendono parte ai « grade 5 » e, com’è logico che sia, è più remunerativo in termini di punti ITF. Una scelta che a lungo andare porterà sicuramente risultati positivi.
Intanto, oggi prende il via l’ITF Juniors Tournament di El Menzah, un sobborgo a nord di Tunisi. 48 giovani tenniste si daranno battaglia sui campi in cemento di questo torneo « grade 2 ». Nel tabellone principale anche Martina Zerulo, che al primo turno è stata sorteggiata contro la giocatrice di casa Oumeima Charrad.

L’ASSASSINO DELLA SUORA ITALIANA OLGA RASCHIETTI CONFESSA

aKwizeraclovisOrribile ! Anzi orribili le dichiarazioni di Clovis Kwizera detto Désiré in un video trasmesso ultimamente dalla Radio Televisione Nazionale Burundese (RTNB), reo confesso dell’uccisione della suora italiana Olga Raschietti. Un passo avanti per la giustizia burundese, un sospiro di sollievo per la sua famiglia naturale, per la sua famiglia religiosa, congregazione delle Missionarie Saveriane dove erano suor Olga Raschietti, suor Lucia Pulici e suor Bernadetta Boggian, per la sua prima Nazione l’Italia, per la sua seconda Nazione il Burundi anche per gli abitanti di Kamenge dove servivano con amore le tre religiose. Scenari di atrocità! Carnefice alle servitrice della chiesa detta Kwa Buyengero amate da tutti i residenti di Kamenga cattolici o di altre confessioni religiose. E poi neanche un rimpianto o mea culpa o scuse, solo arroganze nella confezione del triplice omicidio avvenuto il 7 settembre 2014 presso il convento delle suore saveriane di Kamenge nel nord della capitale Bujumbura. Una descrizione terrificante: l’ho uccisa io. Naturalmente su commissione di Alex Sinduhije l’ex capo della radio dell’odio RPA il quale sta sotto le sanzioni americane per suo coinvolgimento nelle azioni terroristiche nella regione dei grandi laghi d’Africa specificamente in Burundi. Si capisce quindi il ruolo delle emissioni di questa radio per coprire questi crimini. L’autore del reato cita gli altri assassini a numero quattro di cui Eric Nshimirimana che ha ucciso la terza suora entrando nel convento con abiti da sacerdote e con la complicità delle forze di sicurezza schierate intorno alla comunità.

Per quale motivo Kwizera Clovis ha freddato la suora Olga Raschietti? Secondo quanto racconta il teste, il gruppo di assassini su ordine di Alex Sinduhije ha agito per macchiare il governo del Burundi per accusarlo di massacrare delle suore anziane occidentali, per richiamare l’attenzione delle potenze del mondo e della Santa Sede.

Finalmente la verità è uscita fuori. Il governo italiano dovrebbe essere a fianco alle autorità giudiziarie burundesi per portare avanti le indagini soprattutto in un momento in cui emergono nuovi fatti agghiaccianti e confessione di uno dei killer esattamente come lo sta facendo per Giulio Regeni, il giovane ricercatore italiano ucciso ultimamente in Egitto.

Giustizia sia fatta.

Anita Habonimana

MUJAHIDINS A BRUXELLES, SINDUMUJA A BUJUMBURA: MEME RACE, COULEUR DIFFERENTE.

Grande compassion et pleine solidarité au peuple belge et aux étrangers résidents ou touristes, qui ont été victimes des actes terroristes « AVEUGLES, VIOLENTS ET LACHES »  comme a dit le premier ministre et chef du gouvernement Charles Michel. Depuis quelques temps, malheureusement, certains arabes musulmans, qui ont bénéficié de l’hospitalité européenne, pour des problèmes liés à leur terre d’origine martirisée par des guerres  – dans lesquelles l’Europe est impliquée activement- , provoquent des actes terroristes qui emportent beaucoup d’innocents, qui n’ont rien à faire dans cette querelle. On se souviendra de l’Espagne, de Londres, de Paris, du Dannemark, etc. Toutefois, HONTE A LA DYNASTIE MICHEL, qui s’est révélée incapable de protéger le peuple belge qui les a mis au pouvoir. HONTE A LA DYNASTIE MICHEL, qui se distraie à soutenir les terroristes noirs du Burundi, les SINDUMUJA, tandis qu’à la maison les MUJAHIDINS sont en train de préparer des attentats, qui malheureusement emportent beaucoup de vies. La race des terroristes est la meme, il n’y a que le vernis extérieur qui change. A Bujumbura, les SINDUMUJA  lancent des grenades dans la foule, commettant des actes « AVEUGLES, VIOLENTS ET LACHES », et Bruxelles acclame, demandant de surcroit un dialogue inclusif avec les terroristes. A Bruxelles, les terroristes se font exploser et moissonnent des dizaines de vies innocentes. Devrions-nous conseiller à la Dynastie Michel de négocier avec eux ? Non. Mais l’Europe a une politique à géométrie variable. Tant que le mal arrive aux autres…

MAINGAIN: LA FIN

aKwizeraclovis
Kwizera Clovis, assassin
aMaingain
Maingain, avocat

Nous avions pensé d’intituler cet article « Maingain qui mange de l’herbe »,  pour signifier qu’il a honte (kurya ivyatsi), mais les différences culturelles font qu’en Belgique, manger de l’herbe (la laitue) n’est pas si mauvais que ça, c’est même conseillé. Nous maintenons pourtant le sens burundais. Bernard Maingain,  habitué aux victoires dans les affaires troubles, comme les tueries rwandaises, a cette fois perdu, peut-être pour de bon. Dans l’interview qu’il avait accordée à AFRIKARABIA le 11 mai 2015, deux jours avant le coup d’Etat avorté, il avait mis le paquet dans la liste des accusations contre le Président Nkurunziza, contre le Général Adolphe Nshimirimana, contre le parti CNDD-FDD. Il affirmait que de hauts fonctionnaires du Service National de Renseignement  lui avaient donné des témoignages fiables, en échange d’une exfiltration et réinstallation dans un autre pays; ce que Maingain avait fait avec la complicité d’une ONG belge et la fabrication de faux documents (un délit !). Parmi les accusations, on trouve l’armement des imbonerakure, en vue des massacres de la population; et aussi l’assassinat des trois religieuses italiennes, comme résultant de leurs  malentendus avec le Général Adolphe,  dans un prétendu trafic d’or.

Le chateau des mensognes de Maingain perdit son toit en janvier 2016, avec la célèbre video en haoussa, transmise par son réseau de « gens fiables », qui prétendait montrer la consommation du génocide à Karusi. Il est certain que Maingain savait bien que c’étaient des faux montages et il se prêtait volontiers à ce jeu dangereux sachant qu’il aurait gagné la partie comme au Rwanda de Kagame. Mais cette fois, il a PERDU lamentablement. Et ces jours-ci, non seulement le toit est parti, mais aussi les murs s’écroulent. Clovis Kwizera vient d’avouer le crime crapuleux de l’assassinat des soeurs, et nomme comme commanditaire Alexis Sinduhije. Les analystes le savaient déjà, mais ne pouvaient pas le démontrer. En effet, il n’y a aucun gouvernement au monde qui peut assassiner gratuitement de vieilles soeurs, d’une façon aussi ostentatoire: pour y gagner quoi ? Les religieuses venaient aussi d’un pays pacifique (l’Italie), qui ne vexe jamais ses partenaires. Mais Sinduhije et ses Sindumuja avaient tout à gagner des difficultés occasionnées au gouvernement  par ces assassinats; ça faisait partie de leur plan: ternir l’image du Burundi au Vatican et en Italie, pour avoir le soutien de l’Eglise Catholique. C’est d’ailleurs ce qui arriva, malheureusement.

Quant à Maingain, nous pensons que cette confession des criminels repentis  sonne la fin de son intrusion dans les affaires burundaises. Il s’est sûrement rendu compte que ses contacts « fiables » n’ont fait que l’exploiter, pour pouvoir s’expatrier et vivre aux frais du contribuable belge. Roulé dans la farine.

PRESIDENTIELLES AMERICAINES: LA HILARY QUI ABOIE ET LE POUTINE QUI RIT

aHilaryTrumpLe milliardaire  Donald Trump, en course pour la nomination républicaine aux présidentielles et Hilary Clinton,  elle aussi aspirante candidate démocrate, ne s’épargnent aucun coup médiatique. D’abord attaqué par la Hilary comme raciste, Trump a répondu par un discours sulfureux et un video original.

Trump dit à NBC News:  » Hilary Clinton a été le pire Secrétaire d’Etat [MAE] de tous les temps aux USA. Il n’ya jamais eu de Secrétaire d’Etat aussi mauvais que Hilary. Le monde a explosé autour de nous. Nous avons tout perdu, y compris tous nos amis. Il n’y a rien eu de bon qui soit issu de cette administration ou son être Secrétaire d’Etat ». A la demande si Hilary pourrait être un bon président, Trump répond: « Elle a été la pire Secrétaire d’Etat de l’histoire de notre nation, comment pourrait-elle devenir un bon président ? Je pense qu’elle serait un président terrible ».

Et pour enfoncer le couteau dans la plaie, Trump poste un video dans lequel Hilary Clinton au lieu de parler,  aboie. Et Poutine rit. Très comique.[ Voir https://youtu.be/QMZqS7q7voY]

Hilary est la mère des Sindumuja ! Trump a entièrement raison, au moins en ce qui regarde notre Afrique des Grands Lacs. C’est Bill Clinton alors président, sa femme Hilary  et Tony Blair qui ont créé la catastrophe dans notre région, en appuyant les Hima Museveni et Kagame. Ceux-ci recevaient le pouvoir, et ceux-là en contrepartie faisaient main basse sur le coltan et autres minerais de valeur, ensemble avec l’extension de l’aire d’influence anglophone. Résultats: des millions de morts. Heureusement que Barack Obama, qui connaissait le problème RDCongolais a freiné les appétits de ces prédateurs. C’est pour cela que le M23 a été démantelé. Kagame du Rwanda espère en la victoire de Hilary Clinton, pour  relancer la guerre des Hima contre tous les bantous des Grands Lacs. En effet, traditionnellement les Démocrates américains s’approvisionnent en Afrique, tandis que les Républicains vont faire leur shopping au Moyen Orient.  Quand Barack Obama a gagné les élections, nous avions déjà annoncé une grande guerre en Afrique, et elle ne se fit pas trop attendre: la guerre contre Kadafi en 2011. Au temps de Bill, c’étaient les guerres du Rwanda et du Zaire; tandis que les Bush ont démoli l’Irak, l’Afganistan et la Syrie.

S’il nous était donné de choisir entre le fougeux Trump  et  Hilary, on suivrait la règle du moindre mal. Et le moindre mal c’est Trump.

 

 

 

 

CHASSE A L’HOMME A BRUXELLES: UN TUE ET DES CAPTURES

Ce 15 mars, les polices de  France et de  Belgique ont conjointement  investi un quartier de Bruxelles à la recherche de présumés affiliés aux groupes terroristes, qui avaient fait le carnage à Paris le 13 novembre 2015. A l’issue des opérations, la police déclarait avoir tué un des suspects, tandis que les deux autres avaient pris le large. Un policier aurait été lui aussi blessé. Tard dans la soirée, les nouvelles disaient que les deux fugitifs  avaient été arretés.

Une normale descente d’un corps de sécurité pour protéger la vie des citoyens. Transportons la même scène à Bujumbura. La police entre à Mutakura, elle est accueillie par une pluie de projectiles et de grenades, elle répond, un terroriste tombe.  Réaction de la Belgique: » le pouvoir a fait un usage excessif de la force, il a tué un opposant qui réclamait un espace politique ! D’ailleurs il faut dialoguer avec ces opposants; nous coupons nos aides tant que vous ne vous serez pas assis avec les lanceurs de grenades pour un dialogue inclusif ».

Les résultats des réactions chimiques dépendent de la température et de la pression. Probablement aussi les réactions politiques. Bujumbura-Burundi est chaud, Bruxelles-Belgique est froid. C’est banal, mais on ne peut pas expliquer autrement la différence d’appréciation d’un événement similaire, qui se passe à deux lieux différents.