BURUNDI-USA: LE VENT EN POUPE

 

akora1

 

 

 

Dans le célèbre message que le Président Barack Obama a envoyé au Peuple Burundais, il avait clairement dit qu’il le faisait en tant qu’ami. Mais le temps était brumeux, la propagande mensongère des insurgés était reine dans les grandes capitales du monde et on ne réussissait pas à comprendre si le ton de Barack était une menace ou au contraire  un conseil. Pendant de longs mois, ou des années, la distorsion du sens des mots  et la diabolisation des personnes par les propagandistes Sindumuja avait déshonoré une population tanquille et laborieuse, en la présentant comme une horde de tueurs ambusqués, prêts à commettre un génocide, gens non fréquentables.  On se rappelle du tourbillon soulevé autour du mot « GUKORA »,  qui fut bourré d’aberrations jusqu’à lui faire signifier « massacrer ». Et les jeunes Imbonerakure, traités de milice armée, bien que personne ne les ait jamais vus agresser mortellement quelqu’un.

akora
GUKORA

Heureusement, le vent a changé de direction, du moins nous l’espérons. On dit que la meilleure preuve est la monstration: voici que Président de la République du Burundi SE Pierre Nkurunziza, l’Envoyé Spécial des USA dans les Grands Lacs Tom Perriello,  l’Ambassadrice des USA au Burundi Liberi, se sont retrouvés à Cibitoke pour des travaux communautaires, « GUKORA », au milieu des IMBONERAKURE !  Le bain de foule détendu, le sourire aux lèvres des  deux personnalités étrangères montrent qu’elles sont dans un camp ami. Les Sindumuja ont perdu. Ce renouveau dans les relations Burundi/USA est certainement dû aux amis du Burundi et à ses diplomates,  qui ont fait triompher la vérité sur le mensoge des Sindumuja. Le premier signe positif fut la sanction à Sinduhije,  ami de Samantha Power; ensuite ce fut la visite de la délégation du Conseil de Sécurité, guidée par la même Power. On se souviendra de la photo qui fit le tour du monde, où le Ministre Alain Nyamitwe échangeait des « confidences » avec Samantha.SamanthaNyamitwe La condamnation explicite de Kagame par les USA et par Tom Perriello en rapport avec le recrutement militaire des refugiés a été perçue aussi comme une prise de position amie des Etats Unis envers notre pays. Enfin, ce samedi, la rencontre de ces diplomates avec  le Président dans son activité habituelle.  Ce moment était un cadre, pour des échanges très importants, à commencer par l’accueil du Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki Moon, les relations Bujumbura-Kigali et le futur politique du Burundi, en particulier le dialogue inclusif. Après l’entrevue, le Président de la République a demandé la cessation immédiate des discours  contre Kagame. Cela ouvrira une voie au dialogue. Des pas significatifs sont aussi posés dans la politique intérieure: plusieurs frondeurs et membres du Cnared ont vu leurs poursuites judiciaires annulées et deux des radios incendiées durant le putsch autorisées à réémettre (Isanganiro et Rema FM). Des bandes de jeunes assassins se rendent à la Police, ce qui marque un tournant dans la consolidation de la paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *