Les putchistes demandent des décorations !

Gen-NdayirukiyeAu début du siècle dernier, les explorateurs et missionaires  qui mettaient le pied au Burundi  décrivaient  les hima (sous-groupe des tutsi) comme des gens qui n’éprouvaient ni   scrupule, ni pitié, et encore moins la honte et le remords (cf. les Barundi de Hans Meyer).  On a pu l’expérimenter dans leur cruauté lors du génocide de 1972, quand ils prenaient des centaines de milliers d’innocents qui n’avaient rien de commun que le fait d’être hutu, et les massacraient dans un climat de « hystérie collective » (propres paroles de Buyoya, 1989). Et après, ni repentir, ni demande de pardon.

Pour cela, j’ai été choqué par la plaidoierie de Cyrille Ndayirukiye, qui a déclaré avoir fait son devoir, en participant au putsch.  Il affirme qu’il ne devait pas rester les bras croisés quand le pouvoir ordonnait de tuer les manifestants; en plus il devait défendre  les Accords d’Arusha ! Pour cette prouesse avortée, il demande  d’être proclamé héros ! Il veut la décoration ! Sans honte et sans remords. Et pourtant il a menti, comme toujours, et l’on s’y attendait. En effet, Cyrille et certains de ses compagnons n’en étaient pas à leur premier coup. Cyrille et Daradangwa édition 2015 sont des récidives de 1993.  Alors il n’existait pas d’Accords d’Arusha à défendre, ni d’incitation de la police à contrer les manifestations [prétexte des putschistes 2015].  Au contraire, l’armée monoethnique d’alors s’est ruée sur les institutions démocratiques à peine élues, et  les a démantelées, après en avoir assassiné les dignitaires. Par après, les putchistes ont été en effet récompensés. Cyrille est devenu Ministre de la Défense quand Buyoya a parachevé le coup d’Etat en renversant Sylvestre Ntibantunganye en 1996. Et plus que certainement, Cyrille, Daradangwa et Cie sont restés les garçons de course de Pierre Buyoya, qui vient d’émerger après le 11/12, comme véritable régiste des perturbations en cours à Bujumbura.  Mais, o tempore, o mores!  en 2015, le binôme coup d’Etat/décoration  n’a pas tenu. Les temps ont changé. Pour obtenir les gallons, Cyrille devra attendre un peu, quand les manoeuvres du boa conscripteur Buyoya auront de nouveau étouffé la démocratie, si le temps le lui permettra. Le cours du temps est l’ennemi numéro un de tout un chacun.  Toutefois, même sans décoration, Cyrille peut s’estimer déjà  heureux d’être vivant, car sous d’autres cieux, pour une mutinerie du genre, il aurait été  pendu. Le président Ndadaye qui a supprimé la peine de mort n’a pas eu les mêmes égards de la part des putschistes (Buyoya, Cyrille, Daradangwa et cie).  Ils l’ont sauvagement assassiné.  Mais vive le Burundi Nouveau, où les coupables peuvent s’ammender et reprendre leur place dans la société.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *