CNARED: LA COQUILLE SE CASSE, PUTCH A NYANGOMA

Que le CNARED était une coquille vide, nous le savions tous; qu’il était fragile, c’était escompté. Mais que sa fin fût si proche, je ne l’imaginais pas. Mais il fallait s’y attendre. Quelqu’un aimait à répéter: « qui a bu boira »,  « le loup perd son poil et non son vice », « agatoke kamenyereye gukomba kama gahese » et voilà la nature putchiste des membres de ce conglomérat refait surface et veut éjecter Nyangoma leur président. Ironie du sort ! Depuis février 2015, ces professionnels du « non » disaient que le problème c’était Pierre Nkurunziza, ensuite le troisième mandat, et maintenant ils l’ont craché: « le problème c’est Léonard Nyangoma ». Une déclaration douce comme le miel ! En substance, ils ont une espèce de complexe d’Oedipe politique, qui les pousse à vouloir  remplacer leur chef, qui qu’il soit. Et cela se voit surtout dans les organisations Hutu, parce qu’elles sont malheureusement frappées par une tare presque inguérissable: la force centrifuge. Les Hutu n’aiment pas se centrer sur quelqu’un, au contraire chacun croit que c’est lui le centre. Les frondeurs du CNDD-FDD en sont une illustration. Les Dr Minani, Ntibantunganya, Ndayizeye Domitien: le même spectacle ! Par contre, le grand secret des hima est la force centripède: un pour tous, tous pour un. C’est pour cette raison que le CNARED de Nyangoma est tout simplement un figurant: ils ne savent pas ce qu’ils veulent, ni où ils vont. Ils servent seulement de parapluie, de tenue, de bélier aux hima sindumuja, qui eux tentent de récupérer le pouvoir sectaire, clanique et régional que le peuple a redistribué entre tous les fils et filles de  la nation par les élections. Beaucoup de jeunes manipulés embrassent le fusil et ils vont combattre pour une cause non seulement qu’ils ne connaissent pas, mais surtout qui est contre eux; ils sont en train d’aider ceux qui projettent de les asservir de nouveau.  Les sindumuja n’ont jamais caché en effet leur sympathie pour le modèle rwandais de Kagame, une dictature pure et dure. S’ils cherchent par tous les moyens d’obtenir « un génocide », c’est pour ensuite enterrer à jamais les Accords d’Arusha, et avoir le plaisir d’agenouiller les enfants hutu pour qu’ils demandent pardon pour un crime qu’ils n’ont pas commis, comme au Rwanda. Je ne sais pas si les naïfs hutu du CNARED le savent.  Mais personne ne peut leur enlever le plaisir d’exercer  la liberté de se creuser la tombe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *