LE CNARED ? UNE COQUILLE VIDE !

Cet article est emprunté à Bujumbura News. Même s’il est critque envers le pouvoir, il a aussi le mérite de montrer que le fameux CNARED est une coquille vide… avec laquelle l’auteur invite à dialoguer.

Titre Original: Le Burundi entre les deux suffisances

Pierre Nkurunziza ou le CNARED

Par NINDORERA Louis-Marie

https://i2.wp.com/www.kibunoah.com/fr/img/map_africa.jpgDepuis sa mise sur pied, le Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha et de l’État de Droit au Burundi (CNARED) communique et agit comme s’il ne s’adressait exclusivement qu’à une audience d’opposants acquis de manière aveugle au départ sans conditions de Pierre Nkurunziza de la présidence de la République. Invariable, le discours de ce Conseil s’enroule et s’enchaîne autour de l’unique pilier de l’inconstitutionnalité du troisième mandat présidentiel, squatté par Pierre Nkurunziza. Depuis le 26 août, fidèle à sa logique d’opposition très rhétoricienne, cette opposition ne tient d’ailleurs même plus ce dernier comme président de la République du Burundi.

Tranquille et insoucieux, le CNARED ne semble rien entreprendre qui démontre qu’il soit conscient qu’en face de lui, le public, y compris parmi les adversaires de Pierre Nkurunziza, forme un spectre éclectique d’individus et de groupes, de par leurs positions, leurs intérêts et leurs états d’âme. Plusieurs des sympathisants du CNARED se repaissent des discours et des déclarations contestataires de Léonard Nyangoma, Jérémie Minani et autres porte-voix de l’opposition. L’oreille cousue à « la Voix de l’Amérique » et à la « Radio Inzamba », ils se rechargent à l’actualité nourrie de la violence répressive du régime, des revers et des impairs de sa diplomatie et des imprécations périodiques du Conseil, monté de bric et de broc avec des acteurs issus des partis d’opposition et de la société civile.

Hier, la main d’œuvre de la contestation de la rue se recrutait dans ce vivier. La verve légaliste et hargneuse de l’opposition galvanisait la troupe, l’envoyant chaque jour au casse-pipe et, pour près d’une centaine d’entre eux, à la mort. Les reporters de presse filmaient, photographiaient, interviewaient, transportant leur témérité et leur cause aux quatre coins d’un monde solidaire. Le discours public de l’opposition politique burundaise, taillé pour la presse, donc simple, ponctuait ces reportages et la méthode fit recette. Mais aujourd’hui, ceux qui bravaient dans la rue des policiers tirant à balles réelles, se sont tassés sous la lourde chape de plomb coulée par l’appareil répressif. D’autres poursuivent le combat en mode incisif et satirique derrière leurs claviers, à travers les réseaux sociaux. L’actualité burundaise s’étant vidée de ses récits épiques, la presse internationale s’est déployée sur d’autres fronts plus mouvementés. La presse privée nationale est muselée. Mais le discours des partis d’opposition politique, lui, reste inchangé, toujours aussi simplet, comme s’il s’adressait toujours à une presse qui n’est pourtant plus là ou aux manifestants, qui ont déserté les rues.

Il est difficile d’imaginer le CNARED devenir le fer de lance d’un mouvement qui parviendra efficacement à rapprocher le Burundi d’une solution pacifique et consensuelle tant qu’il aura si peu d’égards envers :

1) les supporters et les 1.961.510 électeurs de Pierre Nkurunziza, eux-mêmes partagés entre, (a) d’un côté, les écorchés vifs des longues dominations et répressions tutsi (1972, 1988, 1993-1996), constamment dans leurs tranchées à guetter et à voir en tout mal, d’où qu’il surgisse, les agressions fatales d’une « minorité nostalgique et revancharde », et (b) de l’autre, des citoyens modérés ou passifs et retournables ;

2) les Burundais hostiles à la reconduite de Pierre Nkurunziza mais soucieux de ne pas être instrumentalisés par une opposition, opportuniste et peut-être elle-même en partie sectaire, qui n’a absolument rien démontré de la valeur ajoutée potentielle qu’elle représente pour un Burundi post-Nkurunziza meilleur, avec ou sans le CNARED, avec ou sans le CNDD-FDD;

3) les chancelleries occidentales et les institutions intergouvernementales politiques ou financières sous leur influence (ONU, Union Européenne, Banque Mondiale, FMI, etc.) : Dans une sous-région fertile en dépassement de mandats présidentiels, elles se retrouvent coincées entre les contradictions de leurs positions et leur antipathie à l’égard d’un homme, Pierre Nkurunziza qui, sur le plan des attitudes et des aptitudes personnelles, représente à leurs yeux l’antithèse du leadership moderne, qu’il soit de l’école de la démocratie ou de celle du développement. Ces chancelleries rejoignent les Burundais perplexes sur l’alternative que représente cette opposition qui ne propose aucune voie de compromis bancable. Disposées au compromis entre Burundais, elles veulent vite remettre sur selle une coopération sans avoir de rattrapage coûteux à faire sur des concurrents bilatéraux, telle la Chine qui ne s’épuise pas en considérations byzantines pour rempiler avec les pouvoirs établis, fussent-ils bien ou mal réélus ;

4) la diplomatie continentale et régionale africaine qui, faute d’habilitation à donner des leçons en matière de respect des Constitutions, attend désespérément des propositions de résolution du conflit tirées ou inspirées des théories consociationalistes, développementalistes, etc.

Après s’être obstiné à forcer son passage vers les élections et son maintien au pouvoir, Pierre Nkurunziza se retrouve aujourd’hui dans un isolement diplomatique sans précédent dans les annales du Burundi. Qu’à cela ne tienne, il double les promesses mirifiques de développement, malgré des capacités à mobiliser des ressources qui s’annoncent plus compliquées que jamais. Face à lui, le CNARED s’enferme dans son Église du réveil, ensommeillante, sur l’inconstitutionnalité du mandat de Pierre Nkurunziza. Occupé à répéter en boucle l’illégalité du mandat et de la position officiels de Pierre Nkurunziza, le CNARED a tort de se croire lui-même dispensé du devoir de convaincre de sa propre légitimité. Pour l’heure, sa « vision » du changement semble être limitée à celle qui doit impérativement se faire sur le trône. Son appel au changement, à « l’alternance » prend dès lors les airs d’un appel à une simple rotation des privilèges.

Au-delà de la rhétorique juridique et du réquisitoire sur les violations des droits de l’homme – qui n’émouvront pas le médiateur ougandais, Yoweri Museveni, vétéran des mêmes pratiques – le « livre blanc » du CNARED contre le régime du CNDD-FDD est précisément blanc. Entre, d’un côté un Pierre Nkurunziza, isolé et obstiné dans sa marche solitaire, et de l’autre, un CNARED, figé dans une position qui ne lui vaut que le soutien d’inconditionnels sans apport de dividendes, le Burundi patauge. Quoi qu’ils clament, Pierre Nkurunziza et ses associés savent que leur position confine le pays dans l’impasse et des régressions en tous genres. Le CNARED, lui, n’a pas l’air de se rendre compte des impasses de son jeu et de son propre isolement. Tout se passe un peu comme s’il s’était convaincu, à tort, qu’il est automatiquement renforcé chaque fois qu’un nouveau fait d’actualité vient affaiblir la position de Pierre Nkurunziza.

Dans la spontanéité des protestations de rue des mois de mai et juin derniers et la répression brutale et médiatisée qu’elles entraînèrent, des voix s’élevèrent de tous les continents pour demander, une nouvelle fois, à Pierre Nkurunziza de renoncer à sa candidature pour un troisième mandat présidentiel. Les partis d’opposition, par rejet sincère du « système DD » ou par pure opportunisme, saisirent la balle au bond, réclamant à tue-tête le renoncement de Pierre Nkurunziza. La stratégie de l’opposition s’enraye à ce stade depuis plus de 120 jours.

Pour espérer fédérer au-delà des auditeurs dévoués de « radio Inzamba » et des artilleurs de Facebook et Twitter, les ténors du changement devraient davantage s’affirmer en source de vision et en force de proposition, si tant est qu’ils aient une vision et des propositions à faire. Ils devraient s’efforcer de donner un contenu clair et détaillé à l’agenda qu’ils proposent pour le dialogue politique, qui aille au-delà du simple départ de Pierre Nkurunziza.

Les dix années de pouvoir de ce dernier laissent derrière lui une nébuleuse informe de citoyens aujourd’hui divisés sur des clivages factices. Les acteurs prétendant représenter une alternative crédible à Nkurunziza doivent prouver à leurs concitoyens leurs connaissances et leur compréhension des défis et des épreuves de leur quotidien. Mieux, ils doivent les convaincre qu’ils peuvent sortir du fatalisme et de l’immobilisme auxquels on les accoutume et résigne, ce en les éveillant au potentiel en eux-mêmes pour défier les problèmes qui s’abattent sur eux, d’un bout à l’autre des journées, des mois, des années et des générations. Des acteurs déterminés à porter ce changement doivent prouver leur capacité à construire et articuler clairement leur vision spécifique des changements et des mesures politiques et économiques spécifiques nécessaires pour le Burundi. Ils doivent aussi pouvoir déconstruire avec la même clarté les impasses et les perversions rédhibitoires du régime qu’ils combattent. Gagner leur légitimité commence par cette communion dans la vie du peuple au nom duquel ils prétendent vouloir prendre le pouvoir. En ultime étape, elle doit impérativement se consacrer dans les urnes.

Le dialogue, prôné par tous (Union Africaine, EAC, ONU, etc.), doit se construire autour d’un énoncé clair des pratiques et des systèmes de gouvernance à mettre sur place et des mesures transitoires et conséquentes à prendre pour que le quotidien de l’État burundais et des citoyens burundais eux-mêmes soit rapidement affranchi des pratiques obscures qui minent tout, jusqu’aux conditions d’un scrutin qui donne réellement le libre choix aux Burundais de donner leurs voix aux députés, aux sénateurs et au Chef de l’État qui offrent le plus à leurs yeux les garanties d’une vie et d’une citoyenneté meilleures. Tout cela est-il possible dans un compromis politique qui sauve la face de chaque partie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *