L’OPPOSITION EN PLEINE CACOPHONIE

Ils sont en pleine confusion, ils ne savent pas ce qu’ils cherchent, ils n’ont pas de programme. Tenez: quand il s’agissait de présenter les canditatures aux élections au mois de février-mars, chaque parti de l’Ikibiri (opposition radicale) en avait présenté le sien ! Et ces partis sont si petits que, comme disait le Président Nelson Mandela, ils peuvent tenir leur congrès dans une cabine téléphonique !

Mais pour donner l’impression qu’ils existent, ils ont appris à amplifier leur bruit, par les radios, la multiplication des noms d’associations où on retrouve les mêmes individus, et la reddition inconditionnelle dans les mains des étrangers. (Ninahazwe par exemple, vient de faire appel aux organisations homosexuelles, parce qu’elles ont beaucoup d’argent et sont influentes).

Parlant de la multiplication d’associations, Ninahazwe aurait créé un Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha et l’Etat de Droit; son chef Sinduhije Alexis, un Conseil National de la Transition …. et les frondeurs réduits à être des adhérents (ne pourraient-ils pas faire mieux ?). Les quelques assaillants non encore capturés viennent de déposer le porte parole Général Ngendakumana Léonard, qui avait assumé en leur nom tous les crimes commis dans les quartiers. Hier en effet, 48 autres aventuriers s’étaient rendus, et parmi eux deux docteurs en médecine: Nkengurutse Gaspard (Hopital de Kinindo) et Bizimungu Louis Gonzague (Hopital de Kinyinya/Ruyigi); puis le caporal Nangame Déo, de la garde du Général Gaciyubwenge  Pontien, et le Caporal Chef Hitimana Emmanuel, garde du Général Niyombare Godefroid, tous les deux habitant le camp Ngagara.  En tout, 225 assaillants se sont rendus, avec leurs armes, surtout qu’ils ont été encouragés par le bon traitement réservé à ceux qui avaient été capturés avant. N’en déplaise à Niyonkuru Anicet qui crie haut et fort que cette opération est une  mise en scène du pouvoir.  Plutôt, pour l’opposition radicale, c’est un autre fiasco retentissant, après le putsch.

C’est la cacophonie dans l’opposition. Le peuple a besoin de s’appuyer sur du solide et du clair. Pour cette raison, le gouvernement doit tenir dur et ne pas se laisser  glisser dans les sables mouvants de ces radicaux, qui ne savent rien d’autre que nuire.

JUMAINE

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *